Vol spécial de Fernand Melgar

« Je ne veux pas aller là-bas, au Kosovo. Premier jour ou deuxième jour, je serai déjà mort. Ils vont me tuer. Parce que je suis d’origine roumaine. Ce n’est pas mon pays, j’ai grandi en Europe, j’ai fini l’école en Europe, j’ai tout fait en Europe. Je ne connais pas le Kosovo. »

« Vous savez, d’habitude, vos compatriotes, ils sont très heureux de rentrer, sérieusement, hein. Les gens du Kosovo quand ils sont assis, là, comme vous, à côté de moi, ils sont toujours très heureux de rentrer. »

A l’aéroport, il fera demi-tour. Il retournera au centre de détention administrative, avant qu’on ne lui « propose » un retour en vol spécial. Car après des années passées en Suisse, le Kosovo n’est pas son pays.

Vol spécial de Fernand Melgar sert la gorge, brûle les tripes. Avec l’absence de tous commentaires et interviews, le film montre une réalité brutale, écœurante, dans un véritable souci d’objectivité.

Durant neuf mois, le réalisateur s’immisce dans le centre de détention administrative de Frambois, au plus près des « pensionnaires », tel que les nomme le personnel du centre. Non, ici ce n’est pas une prison. Ici, tu peux faire du sport, jouer au baby-foot, faire de la musique, demander autant de fruits et yaourts que tu le souhaites au réfectoire.

Autant d’activités qui te feront oublier que tu es en détention, dans un décor qui se résume à de petites cellules que les gardiens ferment à clés tous les soirs, une cour bétonnée, grillagée de tous les côtés. Des barbelés. Des murs ternes, fades, réfléchissant la lumière glaciale des néons.

Tu es donc un pensionnaire détenu, à qui on a kidnappé liberté, famille, vie.

vol-spécial-documentaire

Tels des criminels, les détenus sont coupés du monde, de leur monde qu’ils se sont créés en Suisse durant des années. Leur délit ? « Avoir demandé l’asile politique ». L’avenir est tracé, sans issue possible. Durant des mois, ils espèrent, ils attendent. Jusqu’à ce jour où le personnel leur annonce qu’un avion les ramène au pays. Ce pays dans lequel ils ne veulent pas revenir. Qu’ils ne connaissent plus ou pas, pour certains.

Pour ceux qui ont droit à un procès, ce sont les mains et pieds enchaînés qu’ils se rendent au tribunal. L’audience dure une poignée de minutes. Quelques minutes pour tenter d’expliquer et se justifier à tous prix, face à une justice indifférente à ce choix d’être parti, à cette peur d’y retourner.

vol-spécial-documentaire

La vie des détenus est rythmée par le bruit des clés dans les serrures, par les parties de foot dans la cour bétonnée, par l’écriture des lettres aux proches. S’évader, c’est prier, chanter, faire le ménage, la lessive. En attendent l’annonce de son vol spécial.

Ce documentaire, c’est la représentation de l’absurdité, l’illusion d’une soi-disant justice, du respect des droits de l’homme, de la dignité. C ‘est un coup de projecteur sur le mensonge qu’est la liberté et l’égalité dans nos pays occidentaux, pour ceux qui n’y sont pas nés. Serge, Alain, Pitchou, Geordry, Dia, Ragip, Wandifa sont punis abritement pour avoir sauvé leur peau, fui le danger, voulu une vie meilleure.

vol-spécial-documentaire

C’est l’hypocrisie, du début à la fin. Tu vas voir ici c’est bien. Ils vont t’emmener gentiment à l’aéroport. Tu les suis tranquillement. Tu prends ton avion librement. On te souhaite bonne chance. Tout va bien se passer. Petite tape sur la nuque. Regard bienveillant. Allez, faut y aller maintenant. Le rapport entre le personnel et les détenus est insoutenable.

Un an plus tard, nous retrouvons certains d’entre eux, au Sénégal ou en Gambie. Abattus, certains sont séparés de leurs enfants restés en Suisse, d’autres vivent dans la honte d’être rentrés et de ne plus pouvoir aider leur famille. Geordry a été torturé et emprisonné dès son retour au Cameroun, des documents suisses concernant sa demande d’asile étant tombés dans les mains des autorités camerounaises. Pour d’autres, pas de nouvelles.

Le monde est comme ça, la suite de Vol Spécial, nous montre des hommes épuisés et traumatisés. Sans travail, les journées semblent trop longues. Perdus, ils errent dans les rues de leur village, le regard vide tourné vers l’horizon.

Tous sont déracinés et sont comme des étrangers dans leur pays d’origine.


Le webdocumentaire sur ce que sont devenus les détenus de Vol Spécial, c’est par ici.

Si tu as aimé ce Josie article, tu peux le partager !

93 Comments Vol spécial de Fernand Melgar

  1. SonjaNardy

    best pillow protector reviews baby changing pad reviews tempur mattress reviews best mattress review
    bed cover reviews ghost mattress review egyptian cotton sheets review cooling bed sheets reviews
    reviews of tempurpedic mattresses ratings best mattresses bamboo pad review best bed sheets reviews

    baby mattress reviews bed mattress sizes slumber solutions memory foam reviews sleepys reviews
    reviews on mattresses what is best mattress organic latex mattress reviews baby mattress reviews consumer reports mattress reviews
    revere it reviews buckwheat mattress review simmons beautyrest crib mattress reviews bamboo sheets reviews

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>